Arièges Rando-2009

Publié le par RANDO-LABOS

Un bonhomme de chemin dans l'Arièges sur les traces des Cathars

27/06/09: Rennes-Toulouse


Une journée pour aller voir ma cousine et mon cousin avant de partir en rando.

29/06/09: Toulouse-Foix-Roquefixade

Levé 6H15 avec des cannelés. Arrivé à la gare de sainte Agne grève de la SNCF. On prend donc un train jusqu'à Auterive puis un car jusqu'à Foix.
Départ difficile avec un dénivelé d'environ 300m en 45min pour prendre la hauteur de Foix.

On rencontre des cyclistes nantais et Elodie perd ses lunettes de soleil (ça commence bien).
Enfin nous apercevons le château de Roquefixade surplombant le village après 7h de marche.

Arrivé à Roquefixade on échange des prises photos avec des hollandais.

Après avoir bu l'eau fraiche de la fontaine et manger, descente jusqu’au gîte des Pogs pour prendre une bonne douche et un sommeil bien mérité.

30/06/09: Roquefixade-Montségur


Levé 7h15 avec un bon déjeuner bien copieux. On est resté longtemps avec la dame car elle travaillait dans un laboratoire d'analyse médicale et son mari fait des remplacements lorsqu'il manque des laborantins.
Ensuite monté jusqu'au monument au mort avant de rejoindre le village de Monferrier pour manger et prendre de l'eau.
C'est reparti pour une longue montée d'un col sur un chemin marécageux ou des tans n'ont pas arrêté de nous astiquer.
On voit maintenant le château de Montségur.

On rencontre des militaires en exercice qui siestent dans leur duvet au milieu du chemin.
Arrivé au camping, la responsable du camping viens nous voir pour payer. C'est une dame assez âgée vêtu de blanc et des longs cheveux gris. Elle a le style hippie. Elle n'accepte pas la carte bancaire et nous n'avons qu'un euros. Elle nous vend un jeton d'un euro pour la douche et très gentille, nous accorde la nuit gratuitement et nous souhaite bonne chance pour la suite.


01/07/09: Montségur-Comus


Départ vers une longue descente boueuse vers Pélail. On avance lentement car la descente est très pentue et glissante.
Puis montée vers les gorges de la Frau. La vue est splendide. On suit deux bouquetins mais on ne réussi pas à les prendre en photos.

Arrivé au gîte qui est une ancienne école pour fille qui a fermé en 1972.


Là on demande les coordonnés bancaire pour pouvoir payer la responsable par virement car on a pas croisé de banque pour retirer de l'argent.
On dort avec des marseillais qui font de la randonnée depuis une trentaine d'années.

02/07/09: Comus-Ax les Thermes


Levé 6h30 pour une longue journée de marche. Départ avec un grand soleil jusqu'à Prades (arrêt à la fontaine pour se désaltérer et conserver notre réserve en eau à cause de la chaleur d'aujourd'hui).

On rejoint le village de Montaillou et son célèbre château Cathar détruit avec sa triste histoire du meurtre des villageois Cathares par l'église Papale.

Montée difficile jusqu'au col de Ballaguès où un orage s'annonce. La pluie tombe de plus en plus fort. Le terrain devient glissant. Il faut vite monter le col avant que le terrain devienne dangereux car la boue commence à coulée. Elodie glisse tombe sur l'épaule. Il faut continuer jusqu'au bou et prend son courage à deux épaules. Arrivé en haut on se réfugie dans des bosquets, on plante nos bâtons et on se blottis contre nos sac. Il fait de plus en plus froid mais on est protégé partiellement de la pluie grâce aux bosquets. On attend 1h30 que l'orage cesse. On reprend la marche il y a du brouillard mais on voit le chemin environ de 3m devant nous. Nous descendons jusqu'au col de Pierre Blanche très épuisé. On voit le décollage d'un faucon devant nous sur le chemin. Puis plus loin on aperçoit une biche qui s’enfuit. Le temps se relève et  nous permet de nos réchauffer un peu plus.

On rejoint une départementale au col de Chiloula car nous sommes épuisé et savons que l’on n’atteindra pas le prochain gîte que l'on s'était fixé.Il est 14h30. On fait donc du stop pour rejoindre la ville d'Ax les Thermes. La première voiture que l'on voit  au bout de 2 min s'arrête. C'est un Normand et sa fille  qui nous prend. Mercie à ce monsieur qui nous été une grande aide et vive les Normands.
On vas a l'office de tourisme pour trouver où dormir. On ne veut pas le camping, on a besoins d'un lit. Les hôtels sont dans les 50 euros sans petit déjeuner. La dame de l'office du tourisme nous trouve une chambre d'hôte (moins cher que les hôtels) à environ 2Km en haut de la ville. Elle l'appel pour nous et demande au monsieur de nous préparer la chambre maintenant car nous somme épuisé. La route pour rejoindre le gîte est très dangereuse. Elle monte avec beaucoup de virage serré et sans trottoir. Il est 16h00, c'est un homme qui nous accueil dans ce qui est en faite un relais château appelé les "Cascatelles", C'est très une très belle demeure.

L’homme nous offre un coca est discute avec nous. C'est un ancien cuisinier de Paris qui viens de reprendre la demeure de sa grand-mère qui date des année 1870. Il vient d'ouvrir en chambres d'hôte depuis 4 mois. Il nous monte les sacs et nous ouvre une belle chambre bleue de 20 m 2 avec une grande salle de bain.

Après un bon bain relaxant, le monsieur très sympathique nous descends le soir à la ville pour que l'on se restaure. On décide de manger breton. Une bonne crêperie, ça fais toujours plaisir! la crêperie s'appelle "l'oiseau bleu" et on y a très bien mangé.

Retour à pied aux "Cascatelles" pour une bonne nuit.

Comme il n'y a pas de chemin de randonné pour aller à notre prochaine étape on décide de rester le lendemain sur Ax et rejoindre Mérens en train.

03/07/09: Ax les thermes-Mérens


Levé avec un petit déjeuné très copieux: Une baguette chacun, croissants, un pichet de jus d'orange et un pichet de chocolat chaud.
Arrivé à Ax, on décide le matin de monté en télécabine à la station de ski de Bonascre. On voit du télécabine le relais château où l'on était. C'est magnifique.

Là haut, il n'y pas grand monde on se repose puis on redescend sur Ax. On mange un sandwich près de la mairie.
Maintenant direction, les thermes du Couloubret.

La dame de l'accueil nous accepte avec nos sacs et nous les mettons dans les vestiaires du personnel. 2H de détente dans les bains romain, Irlando-romain, caldarium, vaporium, hammam, sauna, tourbillon d'eau et pluie tropicale. ça fais nous a fais du bien. Dehors il s'est mis à pleuvoir.
Direction la gare, où il n'y pas de train pour cause de travaux pour la restauration des ponts de la ligne Hospitalet-Foix.
Arrivé au camping de Mérens. On dort près de Brestois.

04/07/09: Mérens-Hospitalet près l'Andorre

Très courte rando (3H) le long de l'Ariège et de la voie ferré. Le chemin est humide dut à la pluie d'hier.

Longue journée à l'Hospitalet qui est un village de passage pour l'Andorre. La circulation est dense et il y a une usine d'électricité qui utilise de l'eau qui arrive par un gros tuyau métallique pour faire tourner les turbines.
Il recommence à pleuvoir avec de l'orage, heureusement la tente est mise en place. On passe donc notre après midi sous la tente.


05/07/09: Hospitalet près l'Andorre

On est dimanche, on fait une grasse mâtiné car dehors il pleut. La pluie cesse vers midi. On fait une lessive, étendons le linge et décidons de prendre un chemin de randonné en hauteur du village. La vue n'est vraiment pas belle quand on regard en direction du village mais nous voyons au loin le chemin que l'on a pris la veille. Je récupère un bâton assez droit. Il recommence à pleuvoir. On étend le linge dans le tente et nous nous nous y réfugions aussi. Je taille le bâton récupérer peu avant et Elodie se repose avant de manger.


06/07/09: Andorre la Vella

Nous partons tôt le matin pour aller en car à la capitale de l'Andorre (on étend de nouveau le linge sous la tente car il est encore un peu mouillé et dehors il fait froid et humide) . On est passé par la douane puis un long tunnel traversant  une montagne.
Découverte de la ville. La ville à très peu de charme et est rempli de parfumeries (Gala et Julia qui on financé quelques statues pour la ville et faire surtout leur pub), de magasins d'électronique, et de bureau de tabac et alcool. Promenade dans la ville à la recherche d'un cadeau pour ma famille que l'on va rejoindre dans le pays Basque le lendemain. Il n'y a pas de magasins de souvenir, j'achète donc des CDs de musiques traditionnelles Catalane. Un gros orage se met à grondé et raisonne dans tout la ville.

 Il pleut énormément. Les bouches dégout débordent. On se réfugie sous un porche près de l'arrêt de bus. Il a arrêté de pleuvoir. Retour à la gare de l'Hospitalet, en compagnie de trois allemands que nous aidons à leur expliquer qu'il n'y a pas de train se soir car il y a des travaux et qu'il faut prendre tôt demain matin un car en direction de Toulouse. Nous amenons au camping Ruben, Jessica et Léa qui parle bien le français avec son accent allemand. Il visite la France et l'Espagne de villes en villes (Paris, Toulouse, Limoges, Barcelone, Madrid,....). Ruben qu'en a lui parle l'espagnole. Ils nous on traité avec le sourire de fous mais de courageux d'avoir marché de 20 à 30 Km par jour.
Un gros orage éclate dans la nuit avec beaucoup de vent. Nous n'arrivons pas à dormir. La tente tient le coup du vent car je l'ai bien fixé et tendu. Mais à un moment la quantité d'eau sur la tente se met à couler à l'intérieur. On met les sacs où ça ne mouille pas, on se met bien sous nos duvet bien étanche et nous attendons.

07/07/09: Hospitalet-Tarascon-Toulouse-Peyrorade-Guiche

Après une nuit bien agité on déjeune puis nous plions le tente. On attend que les allemands aient fini de plier leur tente pour rejoindre l'arrêt de bus. Les allemands prennent un  petit déjeuner sur le pouce et préparent des sandwiches.
Le car nous emmène à Tarascon, puis on prend le train direction Toulouse. Arrivé à Toulouse on échange nos billets car le train est arrivé en retard. Nous avons 4h devant nous. On va donc voir le Capitole et son marché.

On décide de manger au Macdo très classe (tableaux d'art, rideau rouge au fenêtre et mobilier en bois) car il y a une belle vue sur Capitole.

On se prommène le long des berges de la Garonne. On achète chacun un écuisson occitan pour nos sacs.

Retour à la gare pour prendre le train.
Le train est bondé. On s’assit par terre pendant près d'1h30 entre deux wagons serrés à quatre allemands et deux anglais. Des places se libèrent. Encore 2h30 de trajet.
Arrivé à Peyrorade. C'est village Landais près de la rivière de l'Adour avec ses berges remplis de cultures de Kiwis qui est la frontière avec le pays Basques. Ma tante viens nous chercher direction chez elle de l'autre côté de l'Adour dans le pays Basques sur le début de la montagne Pyrénéenne.

08-09/07/09: Guiche, Bayonne, Anglet

Détente au lac de Guiche.

Promenade autour de Guiche.

Visite de Bayonne où Ma tante nous emmène chez l'un des meilleurs chocolatiers de Bayonne ou l'on a bu un bon chocolat chaud et manger un bon gâteau basque.

Une bonne baignade revigorante dans les vagues de la plage d'Anglet.


10/07/09: Bayonne-Rennes

C'est repartis. C'est un long trajet avec toutes les images de nos vacances qui défilent dans nos têtes. Arrivé à Rennes dans le métro tout le monde nous regarde avec tout notre matos et nos bâtons. Ils sont intrigués.


S'est repartis pour l'année prochaine pour de nouvelles aventure en faisant cette fois si le tour de la Bretagne






Publié dans Randonnée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article